Thalin

Gladiateur avide de liberté

Description:
Bio:

Thalin est né a Nuln, dans le quartier nain mais tout ce qu’il connait de son peuple vient des histoires que lui contait son grand-père quand il n’était encore un jeune nain.

Le grand père de Thalin avait du fuir la forteresse de Karak Varn après que la grande invasion de peaux-vertes l’eu délogé lui et les siens. Alors que nombreux clans choisirent de s’installer dans d’autres Karak, Le grand père de Thalin installa ce qu’il restait de son clan dans l’Empire de Sigmar, porteur de “Ghal Mharaz, le fendoir de crânes”. Sigmar et le Haut-Roi des nains, Kurgan Ironbeard, avaient forgé en leur temps une alliance qui durait encore aujourd’hui et il pensait que sa famille prospérerait plus dans l’Empire à une époque ou les Karak nains étaient pour la plupart assiégés. S’était il y a 300 ans.

Ainsi Thalin avait en tête toutes les grandes batailles naines et rêvait qu’un jour il irait s’installer dans une forteresse et participerai à la défense de son peuple et peut être même à la reconquête.

Versé dans l’art de la forge, une tradition familiale, il s’intéressait à l’ingénierie et c’est tout naturellement qu’il se destinait à une carrière d’ingénieur à l’École Impériale d’Artillerie. Un juste retour des choses puisque c’était les nains qui avaient apporté aux humains l’art de l’ingénierie.

Bien qu’assidu dans ses études, Thalin ne s’en laissait pas compter pour les beuveries et il côtoyait l’Auberge du “Dragon d’Or”, fameuse pour son importation de la bière Bugman, la meilleure que l’on puisse trouver dans l’Empire. On y rencontrait parfois des voyageurs venant de lointaines destinations toujours prêt à raconter leurs aventures contre quelques tournées.

C’est l’un de ces soirs que sa vie pris un tournant aussi inattendu que dramatique : un groupe de nain venaient d’arriver de Zhufbar et Thalin avide d’histoire leur avait payé quelques tournées comme d’autres. Il était lui même passablement éméché quand le conteur qui avait manifestement l’alcool nostalgique commença à raconter le triste destin de Karak Varn, l’histoire que son grand-père trop affligé par la perte s’était toujours refusé à raconter. Thalin allait enfin connaitre un pan de son histoire familiale. Bien sur le conteur n’avait pas été un protagoniste de la bataille, mais son père oui et plus il avançait dans l’histoire et plus semblait monter en lui une colère sourde enfouie au plus profond de lui depuis des années. Il parla alors de trahison, pas celle dont sont fait les véritables ordures, mais celle des couards, une marque indélébile sur l’honneur d’un clan, que seul le serment du tueur peut laver. Un clan avait failli à sa tâche et par le fait avait condamné la forteresse en abandonnant son poste. Les peaux-vertes avaient déferlées dans la l’enceinte du Karak et avaient tout détruit. Et alors le nom du clan fût prononcé .. son nom.

Thalin

Boire et déboires au Reïkland Nergaal fredericdacquin